Pascal ETOURNEAU

 

  

Né à Versailles en 1960. Il suit les cours des Beaux Arts durant 2 ans. 

Dès le début des années 80, il participe à de nombreux salons en Région Parisienne tant en peinture qu’en photo, époque où il s’essaie à l’art cinétique. 

A la fin des années 80, il s’oriente vers la figuration lyrique et le surréalisme, influencé par des peintres tels que Magritte, il travaille sa couleur de prédilection le BLEU, élément essentiel et rémanent de sa création, cette couleur qui selon les dires mêmes de l’artiste : « Symbole de l’eau comme de l’air, sorte de molécule originelle, expression même de la vie ».

 Sa peinture, loin d’être narrative, s’impose comme un espace offert au spectateur : horizon lointain et ciel prédominent sur des toiles de grand format, permettent à chacun de s’évader dans un univers qui lui est propre.

 L’artiste souhaite, en effet, que ses tableaux soient des ouvertures : une invitation à se projeter dans un autre monde qui n’est autre que notre subconscient ; amener le spectateur à s’interroger sur lui-même, ses angoisses, ses peurs, ses joies.

Démarche philosophique ?

A voir ce végétal s’affrontant à l’architecture de l’Homme, cette vague déferlante, ce typhon semblant nous engloutir, ces ciels rageurs annonçant l’apocalypse, tout nous pousse à croire que l’artiste tente de nous mettre en garde contre nous même. 

Dans l’ensemble de l’œuvre le propos écologique est omniprésent prenant d’avantage d’ampleur au fil des années dénonçant l’Homme et son chimérique pouvoir face à une nature fragile et pourtant si forte dans son intemporelle réalité.